La passion du violon

CV en français : CV Elsa Grether Fr  / CV en anglais : CV Elsa Grether Eng

jbm0265cjean-baptiste-millot-verticale

« Elsa Grether s’était fait remarquer par un CD consacré à Ernest Bloch pour Fuga Libera. A nouveau, elle s’impose comme une violoniste de premier plan en parvenant à concilier deux impératifs, la légèreté du son et une réelle puissance orchestrale (…) »
Classica, Jacques Bonnaure (4 étoiles, mars 2016) 

« La violoniste a sublimé l’Introduction et Rondo Capriccioso pour violon solo et orchestre de Camille Saint-Saëns. »
Jean-Claude Ober, L’Alsace, janvier 2016 

« Elsa Grether confirme les qualités de jeu et d’inspiration qui nous avaient tant séduits dans son premier disque consacré à Bloch. Des lignes qui respirent, des timbres soyeux (…) animent une lecture particulièrement poétique des deux sonates. Ce violon au legato élégant et au vibrato mesuré, chambriste dans l’âme, nuance également deux courtes pages de Fauré, ô combien délicieuses »
Diapason, JM Molkhou (5 Diapasons, mars 2016) 

« Par-delà de superbes moyens techniques, Grether possède les couleurs – les teintes vaudrait-il mieux dire – et le style idoines pour le répertoire ici abordé. »
Concertclassic, Alain Cochard, novembre 2015 

« L’enseignement cosmopolite dont a bénéficié Elsa Grether ne l’a pas privée d’une personnalité, d’un son qui la rattachent directement à cette prestigieuse école belge, illustrée par Vieuxtemps, Ysaÿe et Grumiaux : pour n’être pas liégeoise, elle n’en a pas moins toutes les qualités. Tout est là, la maîtrise technique, la couleur, et, avant tout, une profonde intelligence du texte qui permet de le servir mieux que quiconque. La palette expressive la plus large nous est offerte, de l’insouciance charmeuse, du doux rêve à la passion enfiévrée, à la fougue, à l’emportement résolu. Jamais le moindre soupçon de sensiblerie ou d’affectation, tout est vrai (…)»
Musicologie.org, Eusebius, mars 2016 

« Les deux interprètes, en parfaite communion, savent dégager avec engagement, passion et poésie toute la quintessence de ces partitions majeures de la musique de chambre. L’archet souple, la noblesse de jeu, la richesse de coloris du violon expressif d’Elsa Grether(…) »
Concertclassic, Michel Le Naour (Critique Récital avec François Dumont, nov 2015)

« Il serait difficile d’imaginer une version plus émouvante de toute cette musique que celle de Grether. (…) J’ai hâte d’entendre davantage d’Elsa Grether ». Gramophone Magazine, Edward Greenfield, septembre 2013

 « Sa maîtrise confondante ne mérite que des éloges : virtuosité incandescente (…) poésie suprême (…) Idem de l’ivresse incisive avec laquelle Elsa Grether porte Nigun (…) Fratres (…) est un complément idéal sous les doigts de la violoniste, qui en capte à la fois l’énergie crâneuse (…) et la profonde élévation spirituelle, culminant dans les pianissimos d’un suraigu final à se pâmer. Un disque magnifique. »  Classica Magazine, Franck Mallet, juillet 2013

 « L’artiste met sa maîtrise au service d’une version passionnée, engagée, souvent paroxystique, mais toujours « classique ». Les sonorités sont fines et brillantes, la dynamique étendue, la justesse infaillible, et, même dans les effusions les plus poignantes, l’écueil du sentimentalisme est évité. » La Libre Belgique, Martine Dumont-Mergeay, 3 juillet 2013

Jeune violoniste charismatique au jeu passionné et d’une intense poésie, Elsa Grether, née à Mulhouse, obtient un Premier Prix de violon à l’unanimité du jury au CRR de Paris le jour de ses quinze ans. Poussée par une grande curiosité, elle poursuit sa formation à l’étranger, au Mozarteum de Salzbourg avec Ruggiero Ricci, puis aux Etats-Unis avec Mauricio Fuks à l’Université d’Indiana à Bloomington et Donald Weilerstein au  New England Conservatory de Boston. Elle bénéficie aussi des conseils de Régis Pasquier à Paris.

capture-d_c3a9cran-carnegiehallLauréate du Prix International Pro Musicis 2009 à l’unanimité du jury avec la pianiste Delphine Bardin, elle fait en 2012 ses débuts en récital au Carnegie Weill Hall de New-York ainsi qu’à Boston. En soliste avec orchestre, elle a interprété de nombreux concertos (Bach, Vivaldi, Mozart, Haydn, Beethoven, Bruch, Brahms, Tchaïkovski, Chébaline, Dvorak, Prokofiev, Tzigane de Ravel…)

Ses deux premiers CDs,Poème mystique et French Resonance, parus en 2013 et 2015, avec les pianistes Ferenc Vizi et François Dumont (label Fuga Libera/Outhere) ont été unanimement accueillis par la presse et le public, obtenant tous deux 5 Diapasons et 4 étoiles du magazine Classica, ainsi que des critiques élogieuses dans le magazine Gramophone, La Libre Belgique, Concertclassic, Resmusica, Musicologie.org… : https://elsagrether.com/discographie/

La violoniste sortira son prochain disque, en solo cette fois-ci, en mai 2017, toujours chez Fuga Libera / Outhere. Il sera enregistré à l’Abbaye de Fontevraud.

On a pu l’entendre en récital dans de prestigieux festivals et salles en France et à l’étranger : Carnegie Weill Hall de New-York, Printemps des Arts de Monte-Carlo, Festival de Menton, Festival de Sully et du Loiret,Bozar et Salle Flagey à Bruxelles, Salle Cortot à Paris, Festival Musica à Strasbourg, Festival des Forêts, Festival Lille Clef de Soleil, Palazzetto Bru-Zane à Venise, Radio Suisse-Romande et Festival Musiques en Eté à Genève, les Flâneries Musicales de Reims, le Festival de Saint-Lizier, le Festival des Abbayes en Lorraine, Chicago Myra Hess Concert Series, Mozarteum de Salzbourg, Radio Nationale d’Alger, Scène Nationale de Martinique … Elle collabore également avec les comédiens Daniel Mesguich et Francis Perrin.

L’année 2017 la verra notamment en concert à Paris Salle Cortot, Salle Colonne, au Collège des Bernardins, à Musiques à Versailles en duo avec Régis Pasquier, à la Demeure des Comtes de Champagne à Reims, aux Grandes Heures de Saint-Émilion, à la Haute saison musicale, au Festival de Cormatin, aux Promenades musicales en  Pays d’Auge, à l’Abbaye de Fontevraud ou encore au Festival des Forêts.

Elsa est lauréate de diverses fondations: Safran pour la Musique, Natixis-Banque Populaire, Prix Oulmont (Fondation de France), Cziffra, Fondation Bleustein-Blanchet pour la Vocation, Fondation Alliance, AJAM. En 1993, elle est lauréate du Concours des Jeunes solistes organisé par la RTBF de Bruxelles (1er Prix de sa catégorie).

Alain Duault lui a consacré une émission dans « Toute la musique qu’ils aiment » (France 3) et elle est régulièrement invitée sur France Musique, France Culture, Musiq’3 et la RTS Suisse.

En parallèle avec ses activités de concertiste, titulaire du CA, elle est professeur de violon à temps partiel au CRR de Reims et fait régulièrement partie de jurys (Prix international Pro Musicis, Fondation Cziffra, CRR de Strasbourg…)

Elle se produit en concert avec les pianistes David Lively, François Dumont, Marie Vermeulin, Ferenc Vizi, Johan Schmidt, Delphine Bardin ainsi qu’avec Jérémy Jouve (guitare), Régis Pasquier (violon), Ronald van Spaendonck (clarinette),Sébastien van Kuijk (violoncelle)…

Crédits photographiques Jean-Baptiste MILLOT sauf mention contraire – portraits réalisés au Musée de la vie romantique, Hôtel Scheffer-Renan, 16 rue Chaptal – 75009 Paris. Tél. : 01 55 31 95 67.